Il y a

Il y a une douceur estivale,
Une froideur hivernale,
Une chanson paisible,
Un bruit de fond terrible.

Il y a cette étincelle dans les yeux,
Ce regard haineux,
Cet espoir auquel on croit,
Ce désespoir que l’on perçoit.

Il y a la folie légendaire,
La froideur si sévère,
Les endroits de pureté,
Les grandes villes polluées.

Il y a des hommes sans valeur,
Des êtres au grand cœur,
Des corps plein de tendresse,
Des âmes remplies de sécheresse.

Il y a ces amours d’homme à homme,
Ces mélanges femmes et hommes,
Ces visages très blancs,
Ces faciès bien différents.

Il y a les hommes pleins d’argent,
Les pauvres mendiants,
Ceux qui vivent en paix,
Ceux qui baignent dans la cruauté.

Il y a des religions,
Et il y a d’autres convictions…

Tous ces contrastes qui se confondent
Ne faut-il pas de tout pour faire un monde ?

Laisser un commentaire